L'École Hermès des savoir-faire

Envie de se former à des métiers d’exception ?

L’École Hermès des savoir-faire forme des femmes et des hommes de tous horizons aux métiers artisanaux. Leur point commun ? La passion du geste et des matières nobles.

Au sein des manufactures de la maison Hermès, des artisans transmettent à des apprentis, jeunes ou en reconversion, leurs savoir-faire d’excellence dans le cadre d’une formation diplômante reconnue par l’État.

Tous artisans !

Lire la vidéo

Chiffres clés

3

Formations

400

Alternants depuis 2021

9

Sites de formation

puce-b

Les parcours de formation

MAROQUINIER(ÈRE)

C’est le travail du cuir par excellence : grâce à une grande variété de savoir-faire exigeants, l’artisan maroquinier fabrique un objet dans son intégralité.

COUPEUR(SE)

L’artisan coupeur sélectionne puis coupe la partie la plus noble de la peau, en respectant l’harmonie des teintes et la nature exceptionnelle des cuirs Hermès.

ED073260_Paysage

PIQUEUR(SE)

Virtuose de la machine à coudre, l’artisan piqueur accompagne les maroquiniers en préparant, piquant et assemblant des pièces de cuir complexes.

Hermès en régions

Cliquez sur les icônes de la
carte pour découvrir nos
maroquineries.

Hermès en régions

Cliquez sur les icônes de la
carte pour découvrir nos
maroquineries.

puce-b

La vie d'artisan

Virginie Vandier, responsable formation du réseau des magasins Hermès

Le jour où je suis entrée chez Hermès en tant que sellier-maroquinière, à l’atelier sacs de Pantin, c’était une évidence. C’est là que je voulais être.

Tout me revenait en mémoire : ma fascination pour les ateliers de ma mère, styliste, et de ma grand-mère, spécialiste de la reliure en cuir, ma passion pour cette matière, pour les sacs…

J’avais en moi le goût du beau, de l’intemporel. Hermès concilie l’innovation et la fidélité aux valeurs fondatrices de la maison : à partir de matières d’exception, nous fabriquons des objets utiles, de qualité, des objets qui durent, qui se patinent.

Il y a une telle satisfaction à faire un sac de A à Z, à changer de modèle, à s’adapter à chaque cuir. Les savoir-faire se transforment, s’enrichissent, c’est un apprentissage permanent.

J’ai eu envie d’expliquer cela, de transmettre mon émerveillement. Ce qui correspondait à mon double parcours : avant mon CAP de maroquinière, j’avais fait une école de commerce. Alors j’ai formé des vendeurs, dont le rôle est crucial pour raconter aux clients ce qui se passe dans les ateliers, pour leur expliquer que le cuir est une matière vivante, que chaque sac est différent.

Un jour, à San Francisco, lors d’une panne d’électricité, j’ai invité les vendeurs à toucher les échantillons de cuir dans le noir. Cela a été pour eux une expérience incroyable.

Romain Aye, maroquinier

Je suis en train de « bichonner » la poignée d’un jeu d’échecs en marqueterie de cuir. Pour cela, je la frotte avec un chiffon en microfibres. Ici, ce qui prime avant tout, c’est le toucher, la délicatesse. Avant cette ultime étape, j’ai vérifié la finition de l’échiquier après ajustement du damier. Une fois collées, les différentes pièces de cuir doivent être parfaitement alignées, et, au toucher, on ne doit pas pouvoir en sentir la tranche.

puce-b

Dans le fil Linkedin

La maison Hermès

Depuis 1837, Hermès crée des objets utiles, durables et élégants à partir de matières nobles. Perpétuant un modèle artisanal responsable, la maison est très ancrée sur le territoire français à travers 52 sites de production, qui approvisionnent plus de 300 magasins dans 45 pays. Indépendante et familiale, Hermès perpétue la transmission de savoir-faire et valorise le travail de la main. Ce modèle, qui assure la durabilité de l’entreprise, favorise la création d’emplois dans les régions françaises pour les années à venir.